Logo de la commune de La Turballe

Influenza aviaire

Dans le cadre du RGAAA, décrivez l'image

Relèvement du niveau de risque

La situation épidémiologique préoccupante de l’Influenza Aviaire Hautement Pathogène (IAHP) en Europe et en France a amené le ministre de l’agriculture et de l’alimentation à relever le niveau de risque de « modéré » à « élevé » par arrêté ministériel du 4 novembre 2021, sur l’ensemble du territoire métropolitain.

Dans ce contexte, les communes de la Loire-Atlantique sont classées en 3 catégories selon leur niveau de risque et de vulnérabilité au virus :
- communes sans risque accru vis-à-vis du virus influenza aviaire mais soumises aux mesures générales de biosécurité liées au niveau de risque « élevé » : renforcement des règles de biosécurité notamment en matièr e d’alimentation et d’abreuvement, surveillance des signes cliniques évocateurs par les professionnels, interdiction de compétition de pigeons voyageurs et surveillance événementielle des oiseaux sauvages trouvés morts.
- communes situées en zone à risques particulier (ZRP) c’est-à-dire abritant des zones humides fréquentées par les oiseaux migrateurs. Ces communes sont soumises à des règles supplémentaires comprenant la mise sous abri des volailles pour les exploitations commerciales et les particuliers, l’interdiction de l’organisation de rassemblements d’oiseaux, l’autorisation des lâchers de gibiers à plumes et l’usage des appelants sous certaines conditions.
- communes situées en zone à risque de diffusion (ZRD) au sein desquelles le virus a une forte probabilité de se propager d’un élevage à l’autre en cas d’introduction. Les élevages professionnels de palmipèdes situés sur ces communes doivent appliquer des mesures particulières de biosécurité.

La carte de ces zones est disponible sous le lien suivant : carte d es ZRP/ZRD. Les dispositions applicables aux ZRP sont précisées dans l'arrêté du 16 mars 2016, celles applicables aux ZRD sont précisées dans l'arrêté du 29 septembre 2021.

Afin d’assurer une maîtrise de la circulation du virus, nous vous incitons fortement à rappeler à vos administrés les éléments suivants, par le biais d’affichage en mairie, de vos réseaux sociaux et d’une communication au plus près des particuliers :
- Inviter les particuliers détenteurs de basse-cour à déclarer leurs volailles sur Mes démarches, afin de détecter rapidement les maladies et s’assurer qu’elles ne circulent pas ;
- Diffuser largement la fiche d'informations sur les mesures de biosécurité à respecter dans les basses-cours ;
- Sensibiliser les citoyens sur la conduite à tenir en cas de découverte d’oiseaux morts, c’est-à-dire contacter l’office français de la biodiversité par mail (sd44@ofb.gouv.fr) ou par téléphone (au 02 51 25 07 87) en cas de :
    • mortalité isolée des oiseaux tels que cygnes, canards, oies, mouettes, goélands, foulques, râles… ;
    • mortalité groupée d'oiseaux sauvages correspondant à la découverte d'au moins trois cadavres d'oiseaux, d'une ou plusieurs espèces sur un même site (rayon de 500m) et sur un laps de temps maximal d'une semaine.

Le suivi régulier par votre commune de l’évolution de l’influenza aviaire et la communication régulière de ces informations aux administrés sont des leviers essentiels dans la lutte contre ce virus.

Plus d’informations sur :
Le site du ministère de l'agriculture et de l'alimentation

 

  précédent PLU-Avis d'enquête