Logo de la commune de La Turballe

Interdiction temporaire de la pêche de loisir

Dans le cadre du RGAAA, décrivez l'image

 Fermeture préventive de la pêche à pied sur les côtes de Cap Atlantique

Depuis plusieurs semaines, le littoral nord du département est concerné par des proliférations de phytoplancton liées à une espèce assez inhabituelle de phytoplancton, et rattachées au genre Lingulodinium. Ces proliférations ont pris  une ampleur plus spectaculaire à la fin de la semaine dernière, ce qui s’est traduit par des phénomènes d’eaux colorées (l’eau prend une coloration intense marron ou orangé).  

Le genre Lingulodinium est réputé toxique pour la santé humaine car producteur de toxines pouvant s’accumuler dans les coquillages.

Depuis la survenue des proliférations, cette espèce est surveillée par l’Ifremer (au travers du réseau de surveillance REPHY, déployé sur les zones de production professionnelles) qui mesure à la fois la quantité de phytoplancton présente dans le milieu et, en cas de dépassement d’un seuil d’alerte quantitatif, la quantité de toxines présentes dans les coquillages, en l’occurrence les Yessotoxines (YTXs).

Cette toxine a donc été détectée dans les coquillages de Pont Mahé et du traict de Pen Bé (Assérac) , de Castelli (Piriac) et dans le traict du croisic. Les valeurs sont restées très inférieures au seuil réglementaire fixé à 3,75 mg/kg. Néanmoins, dans un souci de prévention, et d’incertitude face aux dynamiques de croissance algales, l’ARS préconise le maintien de la fermeture des zones actuellement interdites à la pêche à pied de loisir, dans l’attente des prochains résultats REPHY attendus jeudi.  

https://envlit-alerte.ifremer.fr/accueil/Rephy/bulletin-2021-D%C3%A9pt+44-039

 

De plus, la prolifération de ce genre phytoplanctonique ne présente pas de risque dans le cadre d’une exposition par la baignade. Toutefois, comme dans le cas d’autres proliférations algales, des phénomènes d’irritations cutanées et démangeaisons peuvent être ressenties par certains baigneurs, selon leur sensibilité individuelle. La douche après la baignade est donc recommandée.

Au niveau des postes de secours, il convient également d’être vigilant car les proliférations peuvent affecter la transparence de l’eau et avoir un impact sur les conditions de sécurité de la baignade.


Enfin, les proliférations algales en général occasionnent des phénomènes d’anoxies (baisse de la teneur en oxygène) des masses d’eau, pouvant se caractériser par des mortalités de plusieurs espèces marines (crustacés, poissons, coquillages), les individus de petite taille étant les plus vulnérables. De ce point de vue, la recommandation sanitaire élémentaire est de ne pas consommer les individus morts.   

 Arrêté