Logo de la commune de La Turballe

Sécurité Publique

Dans le cadre du RGAAA, décrivez l'image

 

 

Dans le cadre du RGAAA, décrivez l'image

DICRIM

Le DICRIM (Document d’Information Communal sur les Risques Majeurs) sert à indiquer les consignes de sécurité individuelles à respecter et présente également à la population les risques encourus sur la commune, les moyens de s’en prémunir et les gestes ou actions à mener pendant une crise. 

Toutes ces informations figurent dans le document communal d’information sur les risques majeurs (DICRIM) disponible en Mairie ou en téléchargement  DICRIM
La commune est exposée, à des degrés divers, à des risques naturels et technologiques. 

Ainsi, la ville de La Turballe est concernée par les risques suivants :
• Tempêtes
• Inondations
• Risques sismiques
• Feux de forêts
• Transports de matières dangereuses
• Risques sanitaires

Ces éléments ont été inscrits dans le Plan communal de Sauvegarde de la ville de La Turballe, qui sert de repère pour affronter toute situation exceptionnelle de façon responsable, citoyenne pour la sauvegarde des personnes et des biens.
Mieux connaître les risques pour mieux s’en protéger, tout en espérant n’avoir jamais à déclencher le plan communal de sauvegarde, tel est l’objectif de ce document.

 

Système d’alerte

L’alerte est essentielle ; en effet, elle permet à chacun de prendre ses dispositions pour faire face au danger. La commune de La Turballe met en place un nouveau système d’alerte complémentaire à celui existant, et a mandaté pour cela la société Cédralis, spécialiste des télé alertes. 

  • Plan Communal de Sauvegarde : Le Plan Communal de Sauvegarde (PCS) regroupe les différentes organisations de la commune face à chacun de ces risques.

Cliquez sur la fiche d’inscription :Formulaire d'inscription 

Inscrivez-vous gratuitement à Viappel - Service de diffusion d’alerte et d’information  cedralis.fr

PLAN VIGIPIRATE

 

La lutte contre le terrorisme reste un enjeu majeur de la stratégie nationale de sécurité de la France et fait l’objet d’une politique gouvernementale  forte. Deux ans après la mise en œuvre du plan d’action contre la radicalisation et le terrorisme (PART), le nouveau plan d’action (PACT) répond à des menaces en pleine évolution, caractérisées par la répétition d’attaques perpétrées par des acteurs endogènes. 

Ce nouveau plan prévoit la mise en place de 32 actions publiques, basées sur quatre priorités : connaîtreentraverprotéger et réprimer.

Les grandes lignes du plan :

Connaître : il s’agit de mieux identifier et comprendre la menace terroriste et ses évolutions, en renforçant la coordination des efforts des services de renseignement.

Entraver : la prévention du passage à l’acte  repose notamment sur l’anticipation des sorties de prison et  sur des initiatives internationales contre le financement du terrorisme.

Protéger : la réduction des risques suppose d’impliquer les opérateurs privés, les collectivités et la population afin de développer, notamment, une culture commune de la sécurité.

Réprimer : la création d’un parquet national anti-terroriste (PNAT) vise à renforcer la répression des infractions terroristes.

 

Retrouvez sur  gouvernement.fr/risques toutes les informations lié au plan vigipirate.

Et pour "faire face ensemble" nous vous invitons à découvrir cette plaquette  SGDSN-vigipirate

 


Articles associés